Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 10:15

L’amateur d'horlogerie se fie souvent au mouvement de l’aiguille des secondes pour reconnaître une montre mécanique, celle des quartz ayant tendance à avoir un mouvement saccadé avec un saut par seconde au contraire de la majorité de celles des mécaniques dont la marche est plus fluide (de huit à beaucoup plus de sauts par seconde). Certains quartz sont trompeurs (chez Rolex par exemple) mais les mécaniques s’y mettent aussi avec des mouvements dits à « secondes mortes » : l’aiguille fait un bon d’une seconde toutes les secondes ; ça semble évident dit comme ça mais ce mouvement représente une complication fort complexe : il faut gérer l’énergie et le couple nécessaire pour assurer la précision de la montre. En effet, la course à la précision voudrait que l’aiguille des secondes fasse des bonds les plus petits possibles (donc les plus nombreux possibles par secondes), ainsi l’énergie nécessaire à chaque fois serait faible. Au contraire, une seconde « morte »  nécessite beaucoup d’énergie à chaque bond de la trotteuse et le réglage de se genre de mécanisme est très compliqué : il faut appliquer une énergie identique et très précise pour chaque saut.


La Chronoswiss Sauterelle est l’une de ses montres à secondes mortes. Cette montre est d’autant plus remarquable qu’elle renferme un mouvement conçu en France par FDMN (Fabrication De Montres Normande). Malheureusement, FDMN a fermé ces portes au début de l’été, il me vous reste donc plus beaucoup de chance de croiser une sauterelle !

C’est réellement dommage car les deux variantes de sauterelles alliaient techniques intéressantes et esthétiques agréables, avec une version classique à double chemin de fer (un chemin de fer est un bandeau gradué, ici il y en a un pour les heures et un pour les minutes) et un régulateur (les aiguilles des secondes, minutes et heures ne sont pas sur le même axe).

b1

Les deux versions de la Sauterelle : trois aiguilles centrales à gauche et régulateur à droite.

 

Deux autres exemples de montres à secondes mortes sont les Audemars Piguet Quantième perpétuel Millenary et FP Journe Tourbillon remontoir d'égalité avec seconde morte, mais ces deux exemples sont hors de prix (plusieurs centaines de milliers d’euros !) et très difficiles à mettre au point.

 b2

Audemars Piguet (à gauche) et FP Journe, toutes deux avec secondes mortes

Partager cet article
Repost0

commentaires