Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 07:04

Depuis quelques temps, l’espadrille fait une réapparition remarquée aux pieds des élégants. Chaussure estivale par excellence, cette chaussure en toile légère et semelle en corde de chanvre tressée était à l’origine une chaussure de paysan et d’ouvrier avant de gagner ses lettres de noblesse au milieu du XXème siècle. Originaire du pays basque, certains affirment qu’elle apparait dès le moyen âge en Espagne ou en France. Quoi qu’il en soit, elle prend son essor au XIXème siècle grâce à une noble andalouse, Mercedes Larrabure qui organise la première son commerce et fait fortune.

Mais c’est la ville française de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques qui va devenir la capitale de l’espadrille : la famille Beguerie y organise une production presqu’industrielle en répartissant les tâches  dans les familles environnantes. Les premières usines d’espadrilles apparaissent à partir des années 1880. L’espadrille va connaitre quelques évolutions : le goudron qui protège le dessous de la semelle est remplacé par du caoutchouc et le coton se substitue au lin pour la toile, permettant plus de souplesse dans les couleurs. Les colonies assurent un approvisionnement conséquent en matières premières (coton, jute, caoutchouc) et le marché est garanti par les mineurs : ils reçoivent jusqu’à une paire d’espadrilles par semaine !

Jusqu’au milieu du XXème siècle, l’espadrille garde son image de chaussures très abordables. Yves Saint Laurent va bouleverser cela en 1960 en proposant des espadrilles à talon haut et rubans. La gloire est de courte durée et bien vite la masse de la population relègue l’espadrille au même rang que le marcel ou les tongs. Que quelques élégants s’obstinent à en porter ne changera rien.

Aujourd’hui, l’espadrille revient sur le devant de la scène. Hermès l’adoube en déclinant la semelle de chanvre tressé sous plusieurs formes et de nombreuses marques dédiées à cette chaussure légère apparaissent. Si une paire basique vous coutera au maximum une dizaine d’euros, plusieurs options plus qualitatives s’offrent à vous pour acheter des espadrilles. Voici un petit tour de marques françaises proposant des espadrilles.

Espartine

Toute jeune marque, Espartine est née suite à un projet d’étude d’un étudiant en école de commerce. L’exercice qui consistait à imaginer l’essor d’un produit local s’est transformé en une vraie entreprise ! Si la marque propose très peu de modèles, force est de constater qu’ils sont bien étudiés et surtout à prix très faible : entre 16 et 20€.

b1

Des deux modèles disponibles, voilà le plus cher chez Espartine : une espadrille dans une toile rayée rehaussée de surpiqures roses et avec un protection en cuir au talon ... pour 20€ !

Bsided & String republic

Approche résolument différente pour String Republic & Bsided. String Republic allie espadrille et graphisme depuis 2004 déjà. Le rendu visuel est original et sait séduire les adeptes de tenues colorées. Cet été, String Republic lance Bsided, une gamme d’espadrilles imitant des baskets classiques : lacets imprimés, imitations d’empiècements… Toiles très colorées, esprit streetwear et moins Bobo, le choix est pléthorique et les prix contenus : une trentaine d’euros pour une paire d’espadrilles que vous ne trouverez pas aux pieds de tout le monde !  

b5

En haut, trois modèles de String Republic

En bas, trois modèles Bsided : lacets en trompe l'oeil et toiles colorées.

Escadrille

Autre marque née de l’imagination d’un jeune entrepreneur, Escadrille propose une large gamme d’espadrilles colorées. Le positionnement est assez haut de gamme avec des doublures contrastées, des semelles intérieures. Point noir, le prix : 60€ pour une paire de chaussures avec une semelle en corde tressée …

b3

Escadrille : des modèles colorés très estivaux et la possibilité d'acheter une ceinture assortie.

Emling

Pour le même prix qu’une paire d’Escadrille, Emling propose sa vision de l’espadrille. Ici on abandonne la toile coton pour carrément utiliser du veau velours ce qui amène une note plus luxueuse. La forme de l’espadrille reste très classique mais plusieurs coloris très estivaux sont proposés. Cependant, dans cette gamme de prix, des alternatives existent avec des semelles plus durables qu’une semelle en corde tressée…

b4

Emling ou l'espadrille version luxe. Ici deux des sept couleurs possibles.


Partager cet article
Repost0

commentaires

E
<br /> Pour ma part, j'achète toujours mes espadrilles dans des bouibouis de bord de plage (7-8€ la paire) mais elle tiennent un ou deux mois seulement.<br /> <br /> LEs Bsided sont dingues, il faut voir le rendu en vrai. Pour moi les espartines n'apportent pas grand chose par rapport à des espadrilles classiques. Les Escadrilles sont trop chères pour ce que<br /> c'est. Les Emling me semblent plus intéressantes pour le même prix (la semelle semble mieux protégée entre autre), à 35-40€ ça passerait quand même mieux ...<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> les Espartines sont vraiment sympas ! Les Bsided aussi dans un autre genre...<br /> <br /> C'est dommage qu'Emling et Escadrille proposent des prix aussi élevés... Pour 30€ ce serait parfait ...<br /> <br /> <br />
Répondre