Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 07:53

Nombreuses sont les marques d’horlogerie qui proposent des montres avec un affichage de l’heure innovant. Parfois, une marque de haute horlogerie respectable imagine une complication pour proposer une heure sautante, une minute rétrograde … Mais la démarche reste souvent dans le périmètre esthétique des classiques horlogers.

Rien d’étonnant donc à ce que de nombreuses jeunes marques investissent le créneau de la haute horlogerie « différente » mais la compétition est rude et beaucoup d’entreprises périclitent une fois leur première montre présentée ; c’est qu’une maison horlogère se doit de se doter d’un SAV et d’un réseau à la hauteur des prix pratiqués, ce qui est souvent problématique.

Ainsi finalement peu de marques arrivent à survivre dans ce marché de niche et à gagner une notoriété auprès des amateurs de haute horlogerie. MB&F, Urwerk ou Hautlence appartiennent à cette famille de jeunes marques prometteuses qui semblent bien parties pour durer. C’est de cette dernière que nous allons parler au travers de deux articles : celui que vous êtes en train de lire et une interview exclusive de Guillaume Têtu, co-fondateur de Hautlence et directeur actuel que vous découvrirez dans les jours qui viennent.

b1

Hautlence a choisi l’anneau de Möebius comme emblème : objet n’ayant qu’une surface et dont la forme rappelle le signe de l’infini.

Hautlence a été imaginée dès 2001 et concrétisée sous la forme d’entreprise en 2004. Le nom est une anagramme de Neuchâtel, la maison horlogère étant située dans le canton suisse éponyme. L’ADN de la marque consiste à proposer une lecture de l’heure originale mais aisée. Le but avoué est d’avoir une montre résolument différente et novatrice dans l’affichage des complications mais portable au quotidien, tout le contraire de certains prototypes horlogers très originaux mais quasiment importables.

Les premières montres HL représentent parfaitement cet esprit : heure sautante, minutes rétrogrades actionnées par un bras de levier, affichage séparé ... La lecture des complications donne envie, une fois le cadran observé, c’est le coup de foudre : oubliée la surface plate classique, ici les complications se conçoivent en trois dimensions avec un effet de profondeur saisissant. Le boitier rectangulaire offre un porté réaliste et tout de suite on s’imagine avec une HL au poignet. Les gammes HLQ et HLC reprennent un affichage similaire aux HL mais dans un boitier rond plus traditionnel.

b2

Un modèle de HL (boitier rectangulaire) et HLQ (boitier rond).

Vidéo présentant la cinématique d’une montre HL (à partir de la troisième minute) :

 


 

 

Récemment, Hautlence a présenté son nouvel OVNI horloger : la HL2. Cette montre reprend le principe de l’heure sautante et des minutes rétrogrades mais les réinterprète avec un mouvement en trois dimensions grâce à un régulateur de vitesse contrôlant la rotation d’une chaine à douze maillons (un par heure). Mais plus qu’un long discours, voici une vidéo qui vous permettra de visualiser la cinématique complexe de cette montre :

Vidéo de la HL2 (source : Chronopassion Paris) :

b3

Photo de face et de dos de la HL2.0.

Mais ce n'est pas tout ! Pour en savoir plus sur Hautlence, rendez-vous dans quelques jours pour une interview exclusive de Guillaume Têtu, co-fondateur de Hautlence.

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
<br /> Merci pour cette découverte ! Ces montres sont effectivement futuristes mais restent portables comme vous dites. En tout cas lisibles, ce qui est important !<br /> <br /> Vous ne parlez pas des prix ? J'imagine qu'ils sont élitistes ? (80.000, 100.000€ ?)<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Les prix sont élevés mais pas autant que vous ne le croyez : à partir de 30.000€ environ.<br /> <br /> <br /> <br />