Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 13:20

Les amoureux des belles carrosseries connaissent et admirent les ferrari 250GT SWB (les fameuses 250 châssis court qui dominèrent le tour de France dans les années 60) et 250 GTO, mais seuls les plus connaisseurs apprécient l’une de leurs descendantes directes : la Ferrari 275.                   

La 275 répond à une demande précise des amateurs de l’époque, qui ne connaissaient pas encore les limitations de vitesses : rouler vite mais en préservant quand même un minimum de confort, au contraire des 250 qu'elles remplacent, certes rapides mais peu adaptées au longs trajets.

La 275  fut le premier grand succès commercial d’Enzo Ferrari avec près d'un millier d'exemplaires produits entre 1964 et 1968. 

Lors de sa présentation le public put admirer deux carrosseries basées sur le meme chassis, répondant au pseudonyme de 275 : le coupé et le spider, respectivement dénommés 275GTB et 275GTS. Leurs     styles sont fondamentalement différents ; alors que le coupé inaugure un design plus aerodynamique que les 250, le cabriolet, lui, fait preuve d’un classisisme certain.


Blog1

275 GTB (à gauche) et 275 GTS   


Le moteur est un douze cylindres positionné sous le capot avant, comme il se doit pour Enzo Ferrari (il rechignera longtemps avant de positionner le moteur derrière le conducteur, d’ailleurs, la première « Ferrari » de route à en profiter ne se nommera pas Ferrari mais Dino, mais ceci est une autre histoire). Ce moteur est comme souvent pour la marque au cheval cabré, un véritable monument ; dérivant de celui de la 250 il délivre 280Ch et 255Nm de couple pour emmener une voiture de 1,1 tonne seulement (le poids d'une Renault Clio actuelle !). Les performances de l’italienne sont donc sensationnelles pour l’époque et encore impressionantes aujourd’hui, jugez plutôt : à peine 7s pour passer de 0 à 100km/h et près de 240km/h en vitesse de pointe ! ces chiffres ne vous parlent pas ? Et bien sachez qu’ils sont à la hauteur de ceux d’une BMW Z3 3.0, ce qui n’est pas rien !

Trêve de discussion, place aux photos :

blog2

blog3

blog4

blog5


Partager cet article
Repost0

commentaires