Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:09

 

150 ans d’histoire

Depuis plus de deux siècles, Christofle est la référence pour les couverts et décorations de  table. Récompensé par plusieurs distinctions depuis sa création, Christofle est une fierté nationale. Découvrons ensemble l’histoire et les productions de l’orfèvre français qui vont bien au-delà des arts de la table.

b1

Quelques uns des couverts proposés par Christofle.

Charles Christofle a 25ans en 1830 lorsqu’il crée la société éponyme afin de vendre des bijoux. Les affaires marchent bien grâce notamment à des exportations en Amérique du Sud et le français se retrouve rapidement à la tête d’une des plus florissantes bijouteries de France. Mais le vrai coup de génie de Christofle est le rachat aux anglais Elkington et au français de Ruolz de brevets qui permettent à Christofle d’exploiter le procédé de dorure et d’argenture par électrolyse. Le français est ainsi le  premier à pratiquer ces techniques à l’échelle industrielle. L’électrolyse permet la dépose d’une couche mince d’argent ou d’or sur une pièce en métal non précieux se substituant ainsi aux objets en argent massif. Ce procédé donnera naissance en 1844 au Christofle, nom générique du métal argenté. Mais ce n’est pas tout : Christofle peut proposer des décors monumentaux, beaucoup moins lourds et extrêmement moins coûteux que leurs équivalents en argent massif ou en bronze. Ainsi sans le savoir, les parisiens peuvent observer depuis 1868 deux réalisations de la marque française : les statues dorées surplombant la façade de l’Opéra Garnier.

b2

Les deux statues réalisées par Christofle pour l’Opéra Garnier

Le niveau d’exigence de Christofle permet à la marque d’équiper des clients prestigieux : Louis Philippe, Napoléon III mais également de nombreux monarques européens. Les transports les plus luxueux font aussi appel à l’orfèvre français : l’Orient express, le Normandie,  le Concorde … Aujourd’hui, Christofle produit encore des pièces pour l’Elysée ou les ministères. Ce qui est plus que jamais d’actualité avec la volonté de « consommer français » affichée par les politiques de tout bord ; en effet, la quasi-totalité des produits Christofle est  fabriquée en France (en Normandie) à la seule exception de certains bijoux qui sont fabriqués en Italie. Et oui, Christofle vend à nouveau des bijoux depuis 2005, comme aux premiers jours, la boucle est bouclée !

 

Patrimoine exceptionnel

Advam a eu la chance de pouvoir visiter trois musées en région parisienne présentant des pièces Christofle chargées d’histoire. Le Louvre tout d’abord qui dédie une pièce entière à un surtout de la marque. Un surtout est l’ensemble des pièces posées sur la table hors couverts : centre de table, candélabres, coupes …Celui exposé a été fabriqué pour le ministère des Finances  en  1853 et est remarquable par sa complétude parfaite. Les pièces vont par paire autour du centre de table et illustrent des thèmes liés à la chasse souvent à l’aide d’amours.

b3

Aperçu du surtout exposé au louvre

Le musée des arts décoratifs (dans une aile du palais du Louvre) renferme quant à lui beaucoup de pièces Christofle dont la plupart sont exposées dans la salle dédiée aux expositions universelles puisque la maison française y participa à de nombreuses reprises (et fut souvent primée). Vous y découvrirez notamment un surtout de table commandé par Napoléon III et sauvé des décombres du palais des Tuileries suite à son incendie durant la Commune, ce qui explique l’état des pièces mais n’atténue pas sa taille impressionnante (la pièce centrale pèse environ 200kg !). Malheureusement il ne reste qu’une petite dizaine de pièces sur les 4000 de ce surtout. Les différentes  pièces représentent les villes de France, la pièce centrale montre la France couronnant la paix (char tiré par des bœufs sur le centre de table) et la guerre (char tiré par des chevaux). Il y a dans la salle plusieurs autres pièces magnifiques : un meuble d’encoignure, une torchère et une table dorée de toilette. Ces meubles présentent de magnifiques émaux cloisonnés et incrustations.

b4

Centre de table sauvé après l'incendie des Tuilleries 

b5

Bureau, meuble d'encoignure et détail d'une torchère avec émaux cloisonnés : les contours du dessin sont en fait de fines parois métaliques

Dernier musée qu’Advam a pu visiter : le musée des années 30 à Boulogne Billancourt. Une salle est dédiée à la marque avec une vitrine exposant plusieurs pièces des années 20 et 30. C’est l’occasion d’admirer des « dinanderies », c'est-à-dire des pièces en laiton ou cuivre patinées. Ceci est permis grâce entre autre à des techniques d’attaques acides qui colorent le métal non protéger par la  réserve. A admirer également : une reproduction en taille réduite d’un atelier de tournage repoussage de 1851 et un centre de table représentant une fontaine.

Ces musées permettent d’admirer des pièces plus que centenaires mais ne doivent pas vous faire oublier que Christofle proposent des produits très actuels aujourd’hui, aussi vous découvrirez dans quelques jours une sélection d’Advam de pièces Christofle des collections en cours…

 

Advam tient à remercier Anne Gros et Tatiana Troubetzkoy pour leur disponibilité et leur passion communicative.

Partager cet article
Repost0

commentaires